Le développeur foncier travaille pour un bailleur ou un promoteur immobilier. Son rôle ? Prospecter des terrains propices à la construction ou à la réhabilitation d’un bâtiment, dans le but de créer de nouveaux ensembles immobiliers. Missions, compétences requises, formation initiale, salaire et évolution : voici toutes les informations à connaître sur le métier de développeur foncier.

26 juillet 2022 • FED Real Estate • 2 min

Développeur foncier

Les missions de développeur foncier

Le développeur foncier déniche des terrains à construire ou des bâtiments à réhabiliter. Il porte une attention particulière sur les projets d’aménagement et d’extension des zones urbaines et consulte les plans cadastraux. La prospection se fait le plus souvent via la réponse aux appels d’offres (consultation des bailleurs sociaux) ou en diffus.

Une fois les opportunités de construction ou de rénovation repérées, le développeur foncier entre en contact avec les personnes concernées. Il convainc les propriétaires et les collectivités sur l’opportunité de vendre, puis négocie jusqu’à obtenir un accord de principe.

Le développeur foncier lance ensuite les études de faisabilité : coût financier, contraintes techniques, obligations juridiques, etc. Parfois, il réalise également les dossiers d’urbanisme pour bénéficier des autorisations administratives. Il conseille et accompagne son commanditaire jusqu’à la signature définitive de la transaction immobilière.

Au sein d’une petite structure, le développeur foncier peut être amené à s’occuper de la partie promotionnelle du bien immobilier.

Quelles sont les compétences requises ?

Le développeur foncier doit posséder un profil commercial / business développer : contact facile, aimable, souriant, avec un bon sens de la négociation. Parmi les autres qualités requises pour exercer la profession :

  • connaissances juridiques (droit de l’urbanisme, de la propriété) ;
  • compréhension parfaite de son secteur ;
  • leadership ;
  • polyvalence ;
  • patience ;
  • sens de l’organisation ;
  • dynamisme ;
  • sens de l’anticipation ;
  • disponibilité ;
  • autonomie.

Comment devenir développeur foncier ?

L’accès au métier de développeur foncier requiert une formation commerciale et/ou juridique et/ou technique. Le futur professionnel doit valider un Bac +5 : maîtrise, DESS, DEA. Les écoles de commerces délivrent le précieux sésame, comme celles spécialisées en immobilier (ESPI, ICH). Une école d’ingénieur avec spécialisation en urbanisme ou en travaux publics peut également mener à la profession.

Une expérience minimum de deux ans en promotion immobilière dans le public ou le privé est souvent exigée pour devenir développeur foncier.

Vous souhaitez postuler ? Envoyez-nous votre CV !

Quel salaire ?

Le salaire du développeur foncier débutant demeure appréciable et augmente rapidement avec l’expérience. Dès les premiers temps, le développeur foncier gagne entre 40 K€ et 45k brut annuel avec un variable en supplément (défini selon les promoteurs en fonction du nombre de lots ou des m² développés)

Quelles perspectives d’évolution pour le développeur foncier ?

Au bout de quelques années d’expérience, le développeur foncier peut évoluer vers des postes de directeur du développement

Fed Immobilier vous accompagne…

Fed Immobilier accompagne les candidats en recherche d’emploi et les entreprises à la recherche de profils ciblés. Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur notre site.