A l’occasion du Congrès des DAF organisé par le Groupe Les Echos le 1er juillet 2014 au Palais des Congrès de Paris, Fed ...

27 juin 2014 • FED Finance

Vignette-article-fed-finance




A l’occasion du Congrès des DAF organisé par le Groupe Les Echos le 1er juillet 2014 au Palais des Congrès de Paris, Fed Finance animera un atelier pratique sur les implications de la collaboration entre la direction financière et la direction des systèmes d’information d'une entreprise.

Lors de cet atelier animé par Mathieu Blaie, Directeur régional Île-de-France Fed Finance, parole sera donnée à Monsieur Régis Philip, Directeur Financier / CFO spécialisé dans le pilotage stratégique et de la performance au sein de groupes internationaux.

En avant-première, découvrez les grandes lignes de cette intervention en lisant l’interview de notre intervenant.

Fed Finance : En tant que Directeur Financier, êtes-vous favorable au rattachement de la DSI à la DAF ?

Régis Philip : Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse à cette question. Chaque entreprise selon son secteur d’activité, son mode de fonctionnement et la stratégie menée par sa Direction doit choisir le modèle d’organisation qui lui convient. Cependant, au regard de mes 30 années d’expérience en tant que directeur financier, j’y suis favorable.

Quel est selon vous l’avantage le plus significatif d’un rattachement de la DSI à la DAF ?

Régis Philip : Tout d’abord, en bénéficiant de la vision de pilotage stratégique et financier du DAF, la DSI s’ouvre à la culture de la création de valeur pour l’entreprise et augmente son poids en termes de politique interne.

L’avantage suivant est financier. Le budget élaboré par la DSI est validé par la DAF en fonction des enjeux financiers globaux de l’entreprise. Le pilotage de la performance de la DSI sera directement intégré à celui des grands indicateurs de la société, ce qui facilitera les arbitrages plus rapides sur les projets. sélection des profils par nos opérationnels.

A l’inverse, quelles sont les limites de ce rattachement ?

Régis Philip : Plus que de limites, je parlerais de risques. La partialité de la direction financière en est un : ses projets ne doivent pas devenir prioritaires sur ceux des autres « clients internes » de la DSI. D’autre part, la direction financière doit veiller à sa disponibilité et à la fluidité des échanges avec la DSI afin de ne pas entraver la souplesse et la réactivité nécessaires au fonctionnement de celle-ci.