Il est parfois difficile de répondre négativement à une proposition d’emploi. Les mots justes ne se décèlent ni ne s’énoncent facilement, quel que soit le moyen de communication choisi : entretien, e-mail, téléphone, etc. Voici quelques conseils pour décliner une offre d’emploi de manière courtoise et professionnelle.

12 décembre 2022 • FED Group

Comment décliner poliment une offre d’emploi ?

Pourquoi décliner une offre d’emploi ?

Les recherches d’emploi sont parfois longues et amènent à régulièrement passer des entretiens de recrutement. Les refus peuvent survenir, autant de la part des recruteurs que de celle du demandeur. Plusieurs raisons peuvent le pousser à refuser une offre d’emploi :

  • salaire insuffisant ;
  • conditions de travail inadaptées (lieu, horaires, déplacements trop fréquents, etc.) ;
  • divergences importantes entre les envies du demandeur et les tâches de l’emploi (niveau de responsabilité insuffisant, manque d’intérêt des missions, opportunités d’évolution) ;
  • tempérament trop différent de celui attendu par le futur supérieur hiérarchique ;
  • culture d’entreprise à l’opposé des valeurs personnelles du demandeur, etc.

Avant de répondre négativement à une proposition d’emploi, il faut toutefois mûrir sa réflexion. En commençant, par exemple, par dresser les points positifs et négatifs du poste. Si les divergences de point de vue ne s’avèrent pas si importantes, il est toujours possible de débuter des négociations. Enfin, il convient de réfléchir aux arguments pour refuser une offre d’emploi, puis de les énoncer de manière intelligente et polie.

À lire aussi : Quel CV pour postuler dans l’immobilier ?

Décliner une offre d’emploi : comment soigner la forme ?

Une fois que la décision de refuser la proposition d’emploi est actée, il faut ensuite l’annoncer au recruteur. Comment refuser poliment une offre d’emploi, de sorte à ne pas complètement couper les relations avec le recruteur ?

Communiquer à tout prix son refus

Le recruteur doit obtenir une réponse, qu’elle soit positive ou négative. Tout demandeur sait à quel point il est désagréable de n’avoir aucune nouvelle à la suite d’un entretien. Par respect et professionnalisme, il faut prendre la parole pour signifier son refus.

Par ailleurs, le recruteur peut représenter un contact intéressant dans un réseau. Un poste attractif peut se libérer quelques mois plus tard. Le recruteur pourrait repenser au demandeur, pour peu que ce dernier ait laissé une bonne opinion de ses compétences et qualités humaines.

Choisir le bon moment pour décliner l’offre d’emploi

Une réponse négative trop rapide pourrait cataloguer le candidat comme n’ayant pas pris le temps d’étudier la proposition. De même, laisser un timing raisonnable permet d’attendre les réponses d’autres entreprises avant de refuser l’offre d’emploi.

Choisir le bon canal de communication

Il n’y a pas de moyen de communication plus efficace qu’un autre pour signifier un refus. Tout dépend de la relation développée avec le recruteur lors de l’entretien. Un e-mail clair, concis et poli suffit si l’offre n’a pas fait l’objet d’un entretien, ou si celui-ci a eu lieu par écrans interposés. En revanche, une discussion téléphonique semble mieux appropriée après avoir passé deux entretiens d’embauche.

Trouver le bon argument pour refuser une offre d’emploi

Lors de la conversation, il est indispensable d’expliquer sa décision, puis d’argumenter le refus. Ces éléments doivent également être étayés à l’écrit si le candidat opte pour un e-mail de refus plus formel.

Si le fond de la réponse signifie clairement un non, la forme doit être peaufinée afin de tirer un avantage du refus ou éventuellement de négocier avec le recruteur. La courtoisie doit immédiatement se percevoir dans l’argumentaire

Les raisons du refus s’énoncent clairement. Si les valeurs de l’entreprise sont en cause, mieux vaut toutefois de pas rentrer dans les détails. En revanche, si le refus est motivé par des tâches ou un salaire en inadéquation avec ses envies, le demandeur peut l’expliquer et en profiter pour détailler son projet professionnel. Ainsi, le recruteur pourra peut-être le recontacter plus tard avec une offre plus adaptée.

Remercier le recruteur malgré le refus

Le recruteur a consacré du temps au candidat. Ce dernier doit donc penser à le remercier pour son intérêt, sa proposition d’embauche, ainsi que pour le temps passé en sa compagnie. Le candidat peut même proposer de rester en contact avec le recruteur. La réponse écrite ou orale se termine toujours par les formules de politesse d’usage, afin de finir sur une bonne note.

Refuser une offre d’emploi : le modèle par e-mail

Voici un exemple de refus poli d’offre d’emploi par e-mail.

Chère Madame/Cher Monsieur,

Tout d’abord, je tiens à vous remercier de l’opportunité que vous m’offrez et du temps que vous m’avez consacré durant l’entretien.

Après mûre réflexion, bien que votre entreprise m’ait séduit·e sur plusieurs aspects, j’ai le regret de décliner votre offre. Celle-ci ne correspond pas en tout point à mes aspirations professionnelles.

Je vous souhaite de rapidement trouver la personne qui répondra à vos attentes.

Cordialement,

Nom Prénom

À lire aussi : Réussir un entretien d’embauche : comment donner une bonne image ?

Groupe Fed vous conseille et vous accompagne…

Fed Immobilier accompagne les candidats en recherche d’emploi et les entreprises à la recherche de profils ciblés dans différents secteurs. Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur notre site.

Pour aller plus loin :